Publié sur

Replonger dans l’action

Bon matin tout le monde. Cela fait maintenant trop longtemps depuis ma dernière parution et l’heure est venu de vous donner mes deux cennes quant au merveilleux monde du jeu de rôle. Tout comme Le Penseur, je me suis assis et ai laissé voguer mon esprit dans le monde des idées afin de vous trouver un petit sujet et c’est en réalisant que j’étais due pour dmer une partie que ça m’est venu. Quel jeu?

Ayant une impressionnante collection de jeux, il m’est possible de passer de très longues heures avant de pouvoir potentiellement décider quel jeu serait serait digne de mon attention pour les prochaines semaines. Je pourrais sans doute attraper le premier de bord et y aller comme ça, mais cela représente un risque, car je pourrais très bien me retrouver à devoir écrire une aventure qui nécessitera beaucoup d’investissement temporel. Ce qui m’amène à me demander quel durée d’aventure j’aurais envie d’animer. Dans ma vision de la chose, quatres possibilités existe: le One-Shot, l’Aventure Courte, l’Aventure Longue et la Campagne. Comme cela fait un moment que je n’ai pas siéger sur le trône du DM, l’Aventure Courte me semble être un bon compromis entre l’investissement de temps et le potentiel narratif. Déjà de part ce choix, j’ai pu éliminer beaucoup de concurrents. Certes, plusieurs des jeux éliminés pourraient être joué ainsi, mais les attentes que j’ai par rapport à ces jeux font qu’il me serait beaucoup beaucoup plus séduisant de les amener en temps que Campagne. Oui, je regarde dans votre direction Symbaroum et Shadows of Esteren!

Bon, maintenant que je sais pour quel genre de durée j’ai envie de m’investir, il me faut maintenant trancher à savoir dans quel genre narratif j’ai envie de plonger mes joueurs (cet article vient tout juste de devenir académique, hell yeah!). Veux-je plonger mes joueurs dans un récit de voyage? Une enquête pulpeuse? Une histoire de cape et d’épée? Un complot dystopique ou encore une tapisserie de vengeance? Je crois que j’irai pour la simplicité encore une fois et opterai pour le récit de voyage. La structure de ce genre narratif est d’un naturel très charmant et je crois que c’est ce qui fermera cette partie du dossier. Hop, d’autre jeux devront quitter le Loft.

Maintenant, à quel point veux-je me dépayser? Je pourrais certainement écrire une histoire de Donjon et Dragon impliquant un vieux croulant prêt à payer une sacrée somme à un groupe d’aventurier voulant bien explorer des ruines interdites, mais bon. J’ai envie d’un peu plus de kick. J’ai envie de faire travailler mon imagination un brin et d’amener un peu de nouveauté. Ceci dit, je ne sais pas encore avec quel type de joueurs je me retrouverai le moment venu et parfois, plonger de braves néophytes dans des univers très colorés peut être un jeu dangereux. Remarquez, le danger, j’en ai rien à foutre car comme dans n’importe quoi, ce n’est qu’une question de préparation. Si je maîtrise bien l’univers du jeu et que j’arrive à bien le vulgariser, tout devrait bien aller, non?

Allons-y avec Overlight.